Auparavant, l'épuisement parental était plus fréquent chez les femmes en post-partum. Il était généralement associé à des problèmes d'insécurité résultant de cette phase pleine de peurs et de défis. De nos jours, on constate fortement une autre variante du burnout parental touchant aussi bien les femmes que les hommes. Dans ce qui suit nous expliquons ce phénomène et ses symptômes.

Qu’est-ce que le burnout parental ?

Le burnout parental est un syndrome qui affecte les parents qui sont exposés à un stress excessif sans disposer de ressources suffisantes pour compenser l'effet de ce stress sur leur vie, que ces ressources soient personnelles, contextuelles, économiques ou des réseaux de soutien.

En d'autres termes, la perte d'équilibre entre les facteurs de stress et les ressources nécessaires pour atténuer ces facteurs de stress. Lorsque ce déséquilibre est chronique ou se maintient dans le temps, on peut parler de burnout ou d'épuisement parental. Avec le lien de ce site, vous en saurez plus.

Qu’est-ce qui caractérise un burnout parental ?

Le parent se sent physiquement et émotionnellement épuisé. C'est le résultat, bien sûr, du manque de sommeil, de l'accumulation d'un trop grand nombre de responsabilités et de l'enseignement à domicile.

Il est aussi causé par les efforts déployés pour répondre à tous les besoins de leurs enfants tout en négligent ou même en n'ayant pas le temps de s'occuper de leurs propres besoins de base.

La distance émotionnelle et l’inefficacité

Deuxièmement, le parent se sent émotionnellement distant de ses enfants, il ne se sent pas connecté. Parfois, ils n'aiment même plus être parents. Ils perdent le sentiment de joie qu'ils éprouvent à être parents.

Ils jouent avec leurs enfants, mais ils ne sont pas mentalement ou émotionnellement présents ; c'est le contraire : ils se sentent mentalement et émotionnellement vides. De plus, le parent a le sentiment d'être inefficace, le sentiment qu'il fait un travail minable en tant que parent.